Partager

Bourses Déliées Design 2019

Les réalisations des six diplômé.e.s de la HEAD – Genève ayant reçu une bourse du Fonds cantonal d’art contemporain ont été présentées dans le cadre des Design Days, du 26 septembre au 29 septembre 2019.

Afin d’apporter un soutien entre la sortie de l’école et l’engagement dans une carrière artistique, le Fonds cantonal d’art contemporain met à disposition, sous la forme d’un concours, des bourses réservées aux jeunes créatrices et créateurs issu.e.s de la HEAD – Genève dans l’année qui suit leur diplôme. Ces bourses d’encouragement se prolongent par une exposition des travaux des lauréat.e.s, ainsi que par une édition, dont le graphisme est confié cette année à Alex Dujet de Futur Neue.

L’exposition, programmée dans le cadre professionnel et valorisant des Design Days au Pavillon Sicli, présente le résultat des projets des volées 2017 et 2018 du concours, dont les lauréat.e.s sont : Lisa Hartje Moura, Blanche Lafarge, Noëllie Nguyen, Victor Prieux, Marta Revuelta et Maëva Weissen.

Lisa Hartje-Moura s’intéresse aux questions d’appartenance et d’identité personnelle, géographique, politique, sexuelle ou imaginaire. Alien Magazine présente divers articles explorant la notion d’alien au regard des normes culturelles. Son premier numéro se consacre aux Aliens of Extraordinary Ability, en référence à une catégorie de visas d’entrée aux Etats-Unis, réservée à des « aliens extraordinaires ».

Le projet de Blanche Lafarge, Uncanny Valley, prévoit un studio de rencontre et d’enregistrement radio et vidéo interactif, pour mener et diffuser une réflexion féministe à l’ère de l’intelligence artificielle et des robots humanoïdes, qui reproduisent aujourd’hui encore une image stéréotypée de la femme. Le cyberféminisme peut-il devenir une arme de déconstruction du patriarcat ?

Les bijoux de Noëllie Nguyen combinent le savoir-faire artisanal de la joaillerie de luxe avec une approche éthique basée sur la récupération, dans une attitude de Slow Luxury. Ils allient l’esthétique raffinée et les matériaux précieux de la bijouterie à des systèmes mécaniques que l’on trouve souvent en quincaillerie.

Nourri par le monde globalisé de l’image et d’internet, Victor Prieux développe, sous sa marque Archives, une gamme de vêtements et d’accessoires masculins urbains à la fois forts et raffinés. Les matières et finitions industrielles s’y associent à des tissus uniques et innovants, tandis que les choix esthétiques revisitent formes et fonctions, se jouant des codes et des archétypes.

Dans son projet AI Facial Profiling, Levels of Paranoïa, Marta Revuelta Ayuso présente un dispositif mécanique interactif qui met en évidence, de façon pédagogique et critique, les systèmes de reconnaissance faciale et leur usage sécuritaire. Elle y dénonce un système de gouvernementalité algorithmique, censée classer les humains de façon binaire, ici selon leur dangerosité supposée.

Maëva Weissen réalise des tenues féminines à partir de maillots de football récupérés et transformés selon des techniques artisanales traditionnelles. La mode devient ainsi un manifeste qui revisite les codes genrés du football dans un contexte populaire et multi-ethnique. La photographie rend compte de l’interculturalité des modèles et des sources, liant intimement choix esthétiques et sociaux.