Partager

Lauréat-e-s 2018 des Bourses pour les diplômé-e-s de la HEAD

Afin d’apporter un soutien entre la sortie de l’école et l’engagement dans une carrière artistique, le Fonds cantonal d’art contemporain met à disposition, sous la forme d’un concours, des bourses destinées aux jeunes créatrices-teurs issu-e-s de la Haute école d’art et de design. Fruit d’un partenariat ancien entre le FCAC et la HEAD – Genève, ces bourses se prolongent depuis 2009 par une édition et une exposition, distincte selon les domaines (Arts visuels / Design).

Pour les Arts visuels, les lauréat-e-s 2018 récompensé-e-s par une bourse sont :
Basile Dinbergs, Gustave Didelot, Isabel Guerrero, et Camille Lacroix.

Basile Dinbergs se saisit de toutes sortes de médiums pour mettre en place des dispositifs de rencontre et de questionnement social, dans une approche engagée, collaborative et pluridisciplinaire. C’est le genre de projet qu’il entend mener lors d’une résidence dans un Temple désaffecté.

Le travail pictural narratif de Gustave Didelot, centré sur le dessin, s’inspire de la culture populaire et de souvenirs d’enfance. En déclinant ses personnages sur un jeu de cartes  « collector », il souhaite diffuser ses œuvres sur un nouveau format, hors du cercle fermé de l’art contemporain.

Dans son projet MURO (Musée roulant), Isabel Guerrero mène une enquête comparative et interactive sur les outils pédagogiques mis en œuvre au Pérou et en Suisse. Elle se sert d’un dispositif mobile pour présenter des archives matérielles et questionner la mémoire du public.

Par l’ensemble des petites vidéos d’Une autre histoire d’O, Camille Lacroix aborde la figure d’Ophélie comme exemple de fascination érotique, dont elle revisite les clichés académiques avec humour et dérision, dans un esprit kitsch parfaitement maîtrisé.

Pour le Design, les lauréates 2018 sont :
Blanche Lafarge, Noëllie Nguyen, Marta Revuelta Ayuso et Maeva Weissen.

Le projet de Blanche Lafarge Uncanny Valley prévoit un studio de rencontre et d’enregistrement radio et vidéo interactif, pour mener et diffuser une réflexion féministe à l’ère de l’intelligence artificielle et des robots humanoïdes, qui reproduisent aujourd’hui encore une image stéréotypée de la femme.

Les bijoux de Noëllie Nguyen combinent le savoir-faire artisanal de la joaillerie de luxe avec une approche environnementale éthique basée sur la récupération, dans une attitude de Slow Luxury. Ils allient souvent l’esthétique précieuse de la bijouterie à des systèmes mécaniques industriels.

Dans son projet AI Facial Profiling, Levels of Paranoïa, Marta Revuelta Ayuso présente un dispositif mécanique interactif qui met en évidence, de façon pédagogique et critique, les systèmes de reconnaissance faciale et leur usage sécuritaire.

Maëva Weissen réalise des tenues féminines à partir de maillots de football récupérés et transformés selon des techniques artisanales traditionnelles. La mode devient ainsi un manifeste qui revisite les codes genrés du football dans un contexte populaire et multi-ethnique, dont la photographie rend compte dans une publication.

Prix de la programmation en art contemporain 2018

Afin de contribuer au soutien et à la reconnaissance des espaces d’arts indépendants et des associations dédiés à la promotion de l’art contemporain à Genève, le Fonds cantonal d’art contemporain attribue des prix d’encouragement pour la programmation récompensant, soit le travail réalisé durant l’année écoulée, soit une exposition ou événement ponctuel d’importance.

Pour l’année 2018, les prix de la programmation en art contemporain sont décernés à Body&Soul, Hit et one gee in fog / two gees in eggs.