Partager

Exposition Bourses Déliées Arts visuels 2021 à Halle Nord

Les réalisations des diplômé.e.s de la HEAD – Genève ayant reçu une bourse du Fonds cantonal d’art contemporain en 2020 sont présentées du 8 au 30 octobre à l’espace Halle Nord. Le vernissage aura lieu le jeudi 7 octobre entre 14h et 20h, en présence des artistes.
Depuis de nombreuses années, le Fonds cantonal d’art contemporain offre des bourses réservées aux jeunes créatrices et créateurs issu.e.s de la Haute école d’art et de design dans l’année qui suit leur diplôme.
À l’issue d’un concours, les artistes plasticien.ne.s ou designers sélectionné.e.s peuvent ainsi réaliser un projet personnel de recherche, et le diffuser par le biais d’une exposition et de textes critiques rédigés par des professionnel.le.s. L’invitation numérique de l’exposition a été réalisée par Enen Studio (Emilie Excoffier & Manon Schaefer).

Les travaux des lauréat.e.s en Arts visuels sont présentés chaque automne à Halle Nord, et mis en scène par les artistes en dialogue étroit avec Carole Rigaut, directrice artistique.

Parmi les diplômé.e.s 2020 de la HEAD – Genève, un jury spécifique a retenu les projets suivants :

Yvan ALVAREZ, Giulia ESSYAD, Vicente LESSER, Henrique LOJA et Angeles RODRIGUEZ

Yvan ALVAREZ
Travaillant avec une économie de moyens, Yvan Alvarez récupère, réutilise, détourne. Il joue avec la référence duchampienne du ready-made pour en proposer une version où l’objet trouve un nouvel usage, qui se joue des contextes dans lesquels il est exposé. À l’occasion de l’exposition des Bourses Déliées, il propose trois congélateurs dont les portes sont entrouvertes. Ils refroidissent ainsi, non pas ce qu’ils devraient conserver, mais le lieu même de leur exposition. Ces objets forment trois petits white cube, ou trois socles accueillant les propositions d’artistes qui n’ont pas été sélectionnés ou qui ne rentraient pas dans les critères établis pour participer aux bourses, proposant une exposition dans l’exposition.

Texte intégral ici

Giulia ESSYAD
Depuis le début des années 2000, les mondes de la fantasy et de la science-fiction ont abreuvé les imaginaires d’un certain nombre de stéréotypes : personnages héroïques et naïfs, hypersexués ou androgynes, mâtinés d’une couche exotique. Giulia Essyad brasse ces représentations à travers une œuvre faite de posters, de poupées, de packagings, de caissons lumineux et, éventuellement, de films. Giulia Essyad y met en scène son propre corps photographié dans une série de postures qui lorgnent autant vers l’histoire de l’art canonique que la publicité ou le selfie promotionnel. Une forme d’appropriation ou plutôt d’incorporation culturelle qui peut faire songer à des travaux comme ceux de Cindy Sherman. Mais là où la photographe américaine use d’un trop-plein de maquillage uncanny pour démonter les représentations genrées ou sociales, Giulia Essyad utilise elle les filtres chirurgicaux de Photoshop pour exacerber l’invisibilisation de certains corps et mettre à jour les mécanismes de fabrication de l’altérité.

Texte intégral ici

Vicente LESSER
Des contes contre les mythes ; des paradoxes contre l’hypocrisie : s’affranchir des raccourcis sociaux qui définissent nos personnes implique parfois de s’allier en marge afin de fabriquer des histoires propres et s’autoriser une nature secondaire. Un parallèle est à tirer avec les contes et légendes qui façonnaient de multiples cultures en lien avec le relief environnant direct. Alors que ces façons de s’identifier intimement avec l’environnement proche ont été dissoutes par de nombreuses conquêtes (religieuses, scientifiques, monétaires, idéologiques…), Vicente et les skateurs, en tissant leurs propres histoires, effectuent intuitivement le travail inverse en milieu urbain, afin de défier les discours rationalisant des projets de ville.

Texte intégral ici

Henrique LOJA
Dans un autre cadre, la ruine n’est plus symbole de désastre. À travers de nouveaux récits, elle devient tissus conjonctifs – tissus fibreux qui recouvrent, raccordent, réparent les cicatrices d’un monde qui n’avait aucune chance. Dans ce nouveau cadre, matériaux et objets ordinaires se démultiplient sous l’action des différents regards portés sur eux ; l’unité ne s’oppose plus au multiple et la rationalité a laissé la place à un savoir qui se répand, s’acquiert et se conçoit différemment. Alors que le mot n’est plus le territoire commun du locuteur et de l’interlocuteur, l’image comme le texte se dissipent, inutiles, trop explicites, didactiques et pourtant incapables d’exprimer ce que crée le nouveau cadre.

Texte intégral ici

Angeles RODRIGUEZ
S’inscrire dans l’architecture avec les matériaux et figures qui la constituent, simplifier son expression et l’organiser dans une répétition caractérise les travaux d’Angeles Rodriguez. L’artiste argentine arpente les lieux, l’histoire et les systèmes sociaux pour en restituer les formes abstraites dans des séries d’incrustations contemporaines. La terre, l’adobe, l’argile solide ou liquide sont les matériaux privilégiés de ces reconstructions symboliques dont Post Banderas Lux est la représentation genevoise.

Texte intégral ici

Informations sur les lauréat.e.s www.hesge.ch/head/

Exposition Bourses Déliées Arts visuels 2021
Halle Nord – Place de l’île 1, Genève
Du 8 au 30 octobre 2021
Vernissage jeudi 7 octobre, 14h-20h

Bouton Webchat Bouton Webchat